• La liberté, l'égalité, la fraternité sont trois divinités de l'âme; elles ne peuvent pas vraiment se réaliser par les mécanismes extérieurs de la société, ni par l'homme tant qu'il vit seulement dans l'ego individuel et dans celui de la communauté.
    Quand l'ego réclame la liberté, il arrive à un individualisme compétitif. Quand il revendique l'égalité, il arrive d'abord au conflit, puis il tente de fermer les yeux sur les variations de la Nature et ne connaît d'autre moyen que de bâtir une société artificielle et mécanique.
    Une société qui cherche la liberté comme idéal, est incapable d'arriver à l'égalité; une société qui cherche l'égalité sera obligée de sacrifier la liberté. Et parler de fraternité à l'ego, c'est parler d'une chose contraire à sa nature. Tout ce qu'il connaît, c'est une association à la poursuite de fins égoïstes communes; tout ce qu'il est capable de réaliser, c'est une organisation plus rigoureuse afin de répartir également le travail, la production, la consommation et les plaisirs.[...]

    Aucun des mécanismes inventés par la raison n’a le pouvoir de perfectionner l’homme…Un changement intérieur est nécessaire dans la nature humaine…si ce n’est pas la solution, alors il n’y a pas de solution; si ce n’est pas le chemin, alors il n’y a pas de chemin pour le genre humain. 
    Sri Aurobindo 
    l'Avenir de la Révolution française.
     
    www.sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.com

    Imprimer cette page


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

     

     

     

    5 Jours


    votre commentaire
  • La  conférence aura lieu vendredi 27 octobre 2017

    à Saint Brieuc de Mauron -56

    Réservation directement auprès du café vagabond  !

    Faire face au changement


    votre commentaire
  • Publié le par www.

      J’ai vu récemment que Frédéric Beigbeder se plaignait de ce que Facebook avait censuré une photo qu’il avait postée sous le prétexte qu’on y voyait un téton de Mireille Darc. Je crois me souvenir qu’en son temps, un autre phare de la pensée occidentale, à savoir Yann Moix, s’était plaint de la suspension de son compte, ce qui l’empêchait de partager ses idées et de dialoguer avec le monde. Ici et là j’ai pu lire des réactions indignées sur Twitter de gens probablement sincères mais d’une désarmante naïveté.

     

    Voyez-vous, Facebook n’est pas un service public et ne vous fait rien payer. Ce que fait l’ami Zuckerberg, c’est de mettre à la disposition de qui le souhaite sa plateforme pour y étaler ses états d’âmes.  Facebook ne doit strictement rien à ses utilisateurs, sinon l’assurance que le service fonctionne correctement du point de vue technique, et encore. Les utilisateurs ont tendance à l’oublier, mais lorsqu’ils acceptent les conditions d’utilisation de FB, ils cèdent leurs données (qui n’ont jamais si bien porté leur nom) à l’entreprise qui peut en faire ce que bon lui semble, sans autres limites que celles imposées par la loi californienne, puisque c’est en Californie que se situent les serveurs. Notez au passage que la Californie ne reconnaît pas le droit à l’image que nous connaissons en France, et il s’ensuit que n’importe laquelle de vos photos peut être utilisée ou vendue par Facebook. Pour le dire simplement, vous n’avez aucun droit sur votre profil et sur tout ce que vous postez. Zuckerberg est chez lui et fait ce qu’il veut, que cela vous plaise ou non, et sa situation de monopole vous empêche d’aller voir si la concurrence n’a pas mieux à proposer.

     

    Facebook est un exemple particulièrement frappant de servitude volontaire, chaque utilisateur s’enchaînant en fournissant de son plein gré les données qui le lient au tyran, tyran idéologique qui agit sans brutalité mais avec pugnacité et efficacité. Pensez comme Zuckerberg ou allez vous faire voir, après tout, vous êtes libres. Sous ses allures sympathiques, Facebook est une immense machine à formater les esprits et à collecter des données, lesquelles constituent un trésor d’une valeur absolument colossale et peuvent le cas échéant être utilisées contre vous. Si vous utilisez Facebook, vous n’avez pas le droit de vous plaindre, vous avez été prévenus du pacte faustien que vous avez signé. L’idéal est bien sûr de ne pas avoir de profil, car le paradoxe de ce géant est qu’il ne tient sa force dictatoriale que du consentement imbécile de la masse d’une population narcissique en diable qui n’est au fond enchaînée par nulle autre chose que son ego. Si les utilisateurs partent, le château de cartes s’écroule – à ceci près que les données collectées au fil des années restent conservées dans les serveurs et peuvent toujours avoir une certaine utilité.

     

    À chaque fois que vous faites quelque chose, le mieux est encore de vous poser une simple question : de qui nourrissez-vous le rêve en agissant ainsi ? Quand vous utilisez Facebook, vous nourrissez le rêve de Zuckerberg, et en plus le prix à payer est immense comparé à ce que vous pouvez en retirer. Essayez plutôt de nourrir votre rêve à vous, quel qu’il soit. Et si vous devez absolument utiliser Facebook, rappelez-vous toujours que c’est un maître capricieux qui vit de ce que vous lui donnez mais ne transige jamais avec sa morale, qui n’est peut-être pas la votre.

     


     


    votre commentaire
  • et quand vient-il ?

     

    Quand on n'a plus d'attraction pour l'autre,le faux bonheur.

    Le bonheur réel est d'Origine Divine,il est pur et inconditionné .

    Le bonheur ordinaire est d'origine vitale,il est impur et dépend des circonstances.

     

    18 novembre 1933

    extrait :Quelques réponses de la Mère


    1 commentaire
  •  

    Mais oui !

    Je n’arrête pas de le dire , n’est-ce pas .

    Depuis le début , depuis dix ans ou douze que j’essaie de leur dire :

    attrapez cette Puissance , attrapez çà ,attrapez la vraie chose .Mais c’est la seule chose qu’ils n’attrapent pas .

     

    Ils ne comprennent pas que réellement on va dans le noir-on va dans le noir, et c’est blessant. Je ne sais pas…j’ai tellement usé-usé-usé des peines et des chemins comme çà sans rien comprendre, sans rien savoir.

    Et pourtant tu vois que c’était de marcher qui importait .C’était de se casser la figure qui importait .Il n’y a pas de livre pour ça ,il n’y a pas de recette pour ça.Il faut mettre la puissance en route c’est tout .Et alors tout le reste découle.Tandis qu’ils font l’inverse : ils veulent » bâtir » Auroville sans mettre en route la puissance intérieure ,alors c’est une farce,c’est un mensonge .

    Et ça , c’est beaucoup la pourriture de l’ashram-beaucoup .C’est l’Ashram qui les a contaminés. Enfin…

     

    Ils veulent faire une humanité « proprette « .

    C’est cela ,leur idéal le plus sublime.Proprette et puis décente ,avec un bon nom ,et puis on a de l’idéal,on fait une jolie ville ,c’est « l’unité humaine »-une belle petite humanité toute proprette,là. Et bien , ce n’est pas ça.Une « humanité proprette »,ce n’est pas possible ,parce que l’humanité est faite pour être dépassée.Elle est finie,l’humanité,elle est en train de crever .

    Alors c’est là le prochain pas .Mais le prochain pas ,personne ne le connaît :il faut le faire .

     

    Et alors on met en branles les forces.C’est tellement fantastiquement automatique. On met en branle les forces-tout de suite !Tout de suite !

    Dès que vous voulez faire un bout de…un centimètre sur le vrai chemin,alors là vous êtes attaqués :tout de suite l’Ennemi montre ses vraies griffes,ce qu’il est .Et tout de suite,il y a la Grâce qui est là(geste côte à côte). A ce moment-là ,on est en route.Alors on commence à voir tout le Jeu ; on commence à comprendre le Jeu du monde.

     

    C’est la seule chose que j’avais à dire :

    çà ne sert à rien de changer de pays .Il faut changer de manière d’être.

    Et l’opération est aussi difficile que pour un vieux poisson de sortir des eaux et d’inventer des poumons.C’est aussi difficile.Il ne s’agit pas de changer d’idée ,hein,il faut changer de manière d’être.

    …/...

     

    Satprem

    Carnets d’une apocalypse , tome 5

    Conversation avec Sujata Pages 389-390

     

    L’humanité traverse une crise de tous les systèmes, vais-je m’écrouler avec ou décider de me transformer ?

    Programmé  au non-choix , à l’esclavage , la petitesse , la soumission ,la résistance …l’individu meurt de peur et d’épuisement .

    La solution est de retrouver son pouvoir individuel au-delà de l'égo :

    le vrai pouvoir est savoir écouter son Ame !

    Pour les dates d'atelier , regarde dans la rubrique "Graines de Foi" ...

     

     

    *Anyvone partage le chemin individuel de la conscience de vérité appelée aussi Personocratia : la gouvernance de la personne! 

     


    votre commentaire
  • Bretagne automne 2017

    Bretagne automne 2017

    Un atelier pour apprendre la Vie autrement,

    pour  laisser aller l'égo et le mettre au service de notre plus grande richesse : notre Ame .

    Notre plus grande valeur , notre grandeur ...

    Etes-vous prêt à lui donner la priorité ?


    votre commentaire
  • Nouvelle date : 25-26 Août 2017

     

    Atelier avec Anyvone

    09 La Bastide de Besplas

     

    Que suis-je venue faire sur terre ?

                                                     M'accomplir !

    Dé-couvrir la conscience de vérité.

    Connaître Les clefs de la transformation

    Appliquer la carte routière de l’évolution humaine :

                      le Grand Portrait de Ghis-Ghislaine Lanctôt

     

     

     Atelier de 2 jours

     

            Infos-Résa :

                              Mirentchu

                             06 37 38 06 06

                               

                                                                                  www.personocratia.com 

     decouvrirladifference.eklablog.fr

     


    votre commentaire
  •  

    et tout ce monde de mensonge !

    Extrait du livret 8 de Personocratia L'éducation

    L'étape du mouton noir n'est pas une fin en soi,mais une transition vers la souveraineté individuelle ,où la personne ne réagit plus aux autorités extérieures mais s'abandonne à son Autorité Intérieure .Elle décide de passer sous la gouvernance de son Ame .C'est içi que commence la dissolution de l'égo, qui ne veut pas lâcher la fausse identité de son personnage .L'individu a le sentiment de n'être plus rien ;ce vide est très apeurant et décourageant .

    Et pourtant ,ce n'est qu'après l'avoir traversé que commencera sa transformation.Sachons que l'être humain est obéissant de par sa nature même.La cellule pure non programmée obéit aveuglément aux ordres reçus.

    Mais d'où viennent-ils ?

    Qui commande ?

    L'âme ou l'égo ?

    L'éducation de vérité ne favorise pas l'insoumission ,car c'est faire la guerre à son obéissance innée; elle détermine plutôt l'autorité à laquelle est dévolue cette obéissance.

    Oui à l'obéissance à l'autorité intérieure, l'âme souveraine !

     L'école est presque finie !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires