• Climat:la nouvelle religion?

    Bienvenue dans la nouvelle religion mondiale ?

    point de vue chrétien extrait de legrandreveil/Louis Dalencourt

    religion-universelle

    .../...

    La COP21 ne sera pas une énième conférence de plus sur le climat, ce sera la confirmation et la proclamation mondiale de la religion universelle.

    Qui pouvait imaginer que la totalité des êtres humains allait communier dans la même ferveur, celle de l’homme-dieu commandant au climat c’est-à-dire aux éléments naturels ?.../...

    Qui pouvait imaginer que cette religion humaniste accoucherait d’une divinité suprême pour laquelle il y aurait un consensus total ?
    Tous pays confondus. Toutes religions confondues. Toutes cultures confondues.
    Tout le monde est agenouillé devant le dieu climat et la terre-mère Gaïa..../...

    L’humanité réalise aujourd’hui ce que le rabbin Elie Benamozegh, un des principaux concepteurs de la religion noachique, prophétisait :
    « A l’époque messianique, le monde spirituel verra se réaliser l’unité d’adoration ». (7)

     .../...

     Consensus politique mondial

    Combien de pays y a-t-il dans le monde ?
    197
    Combien de pays se réunissent à Paris à la COP21 ?
    195
    Et encore, sur les deux manquants, l’un est le Vatican, qui a prouvé son adhésion au concept. Il y a donc un seul pays manquant, que je n’ai pas réussi à identifier.

    .../...

     En quoi consiste la religion du climat ?

    Elle a pour but de réunir une trinité satanique bien cachée et pourtant bien réelle : l’homme-dieu, le dieu climat et la Mère, Gaïa.

    Le dieu climat réside dans le dogme du réchauffement climatique conséquence de l’activité humaine. Les mêmes scientifiques qui théorisent des changements climatiques il y a des millions d’années (donc sans intervention humaine) vous affirment aujourd’hui que le dernier en date est dû à nos activités industrielles qui ont, rappelons-le, un petit siècle d’existence..
    Le but ici est de donner une importance exagérée aux phénomènes climatiques et leur incidence sur la vie humaine, et surtout de les coupler avec l’autre dieu, l’homme.
    Il poursuit également un autre objectif : sortir totalement l’idée même de Dieu du processus. Jusqu’à maintenant, les changements climatiques n’étaient pas le fait de l’homme, ils avaient donc une cause extérieure. Un croyant avancera comme explication une intervention surnaturelle, un scientifique athée le hasard ou autre chose.
    Cette fois-ci le raisonnement change : l’homme a pris en main, involontairement semble-t-il, les destinées de la planète, c’est lui qui influe sur le climat et non plus Dieu ou le hasard.
    Cette façon de raisonner est très particulière et mérite d’être soulignée ; elle révèle un incroyable orgueil de la part de la communauté scientifique, mais aussi une présomption des capacités humaines qui reste à prouver.
    L’homme est-il parvenu réellement à acquérir un tel pouvoir, qui l’aurait mené à commander aux éléments ?
    Serait-ce un écho aux paroles des disciples quand Jésus calma la tempête : « Qui est donc celui-ci pour que les vents et la mer lui obéissent ? » (Matthieu 8, 27).
    L’Apocalypse dit que la bête fera des prodiges ; déjà, l’aviation, l’automobile, la télévision ou l’informatique sont des prodiges en soi. Mais l’homme qui commande au climat n’est-il pas le plus grand des prodiges ?

    Voici une transition parfaite pour décrire le second dieu : l’homme.
    Cette théorie sous-entend et même invente un nouvel homme si puissant que non seulement il commande aux éléments naturels, mais en plus il se considère capable d’influer sur eux.
    Ceci est l’aboutissement d’un processus où l’homme se prend pour Dieu : il modifie déjà la loi naturelle par la génétique sur les plantes (OGM), les animaux et même les hommes.
    Pourquoi ne commanderait-il pas au climat ?
    Cette supériorité, l’homme l’affiche avec le fameux slogan : Objectif 2 degrés.
    L’être humain s’est auto-persuadé qu’il était capable d’influer sur le climat afin de limiter la hausse du thermomètre mondial à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, sans remarquer le ridicule d’un tel postulat et surtout son incroyable outrecuidance !
    D’où l’étonnement d’un certain nombre de scientifiques ou philosophes, muselés ou réduits au silence, qui ne comprennent pas la folie qui s’est emparée des hommes ni cette théorie bidon du réchauffement climatique.
    Il leur manque l’explication religieuse : Satan ne va pas lâcher le morceau maintenant alors qu’il accède enfin à un consensus mondial historique qui va consacrer sa nouvelle trinité.

    Car il y a une troisième divinité. Satan ressuscite une ancienne divinité païenne, Gaïa, la terre mère. Il a une revanche à prendre sur la Mère de Dieu, la très Sainte Vierge Marie. Pensez à la notion de mère, celle qui nourrit et qui aime. Il faut qu’il y ait une mère. Avec Gaïa, la terre nourricière, il tient son Dieu-Mère.
    Mais il n’y a pas que ça. La basilique saint Pierre à Rome fut construite à l’emplacement même où saint Pierre fut supplicié. Or le tombeau de saint Pierre, qui se trouve au centre de la basilique, sous l’autel du pape, est à l’emplacement exact du trophée de Gaius ; du nom d’un romain connaissant les emplacements des tombeaux des saints Pierre et Paul, martyrisés en même temps sous Néron. Gaïa-Gaius, il y a une allusion volontaire à l’Eglise catholique dans les actions de Satan. L’Eglise d’ailleurs compare ces deux saints à deux colonnes. Il y a aussi le célèbre songe prophétique des deux colonnes de saint Jean Bosco.
    On peut tout à fait voir une allusion à ces deux colonnes dans les tours du WTC à New York.

    Consensus religieux mondial

    Un autre aspect particulièrement significatif de l’avancement de cette nouvelle religion mondiale, c’est le consensus religieux autour du dieu climat.

    L’Eglise catholique en première ligne

    Ceux qui étudient les écrits des francs-maçons savent que ceux-ci souhaitent que l’Eglise catholique romaine soit le moteur de la nouvelle religion mondiale.
    jeune-pour-le-climat

    Justement. Il est très étrange de constater l’activisme des catholiques sur ce sujet. Non seulement l’Eglise accrédite la thèse du réchauffement climatique dû à l’activité humaine, mais elle incite directement à embrasser cette nouvelle religion puisque le pape parle lui-même de conversion écologique.
    Il est tout de même étonnant que celui qui représente le Christ sur terre appelle à se convertir à autre chose qu’à un point de sa doctrine traditionnelle, issue de l’enseignement du Fils de Dieu, dois-je le rappeler.

    Et ce n’est pas une formule en l’air puisque :
    – Le pape a publié une encyclique sur le climat, Laudato Si ;
    – Il a institué le 1er septembre dernier une journée mondiale de prière pour la protection de la création ( !) ;
    – Il explique noir sur blanc que « la crise écologique nous appelle à une conversion spirituelle profonde : les chrétiens sont appelés à une conversion écologique » ; dans la bouche d’un pape ces propos sont ahurissants, ils le sont moins quand on connaît l’enjeu spirituel (satanique) qui est derrière ;
    – Le 26 octobre l’Eglise catholique a lancé un appel sans précédent en faveur de la conclusion d’un traité lors de la conférence COP21.
    – Les chrétiens sont invités à jeûner pour le climat (sic), à marcher pour le climat et même à faire des pèlerinages pour le climat !
    – L’assemblée plénière des évêques de France réunis à Lourdes début novembre a défini trois thèmes majeurs pour l’Eglise de France : la famille, l’accueil des migrants et le climat !
    Etc…
    Un tel engagement s’explique difficilement sauf quand on sait que le pape François n’est autre que le faux prophète de l’Apocalypse.
    Tous les acteurs sont réunis pour le show final, la bataille de l’Armagédon.

    Mais aussi les autres religions, ce qui est une première

    A côte de l’Eglise catholique, on assiste à une mobilisation des autres religions pour le climat qui en dit long sur le consensus mondial voulu. Citons :
    La journée des religions pour le climat, dont le pèlerinage climatique ( !), multi-confessionnel, s’achèvera le 28 novembre à Saint-Denis ;
    L’appel des musulmans de France à la prière pour le climat. Le 28 octobre, le CFCM a adopté une déclaration islamique sur le changement climatique mondial, et a appelé à la prière et à un prêche sur le climat dans les 2500 mosquées de France le 27 novembre ;
    Des marches pour le climat sont prévues dans de très nombreux pays aux alentours de la COP21, les samedi 28 et dimanche 29 novembre ; il s’agit ici d’initiatives de la religion laïque. Une fois de plus, l’équivalent de nos processions dans leur version païenne.
    Etc…

    Cette unité mondiale des gouvernants, des peuples et des religions est très significative de l’état d’avancement de la religion mondiale.
    La COP 21 en sera l’apothéose.

     Conclusion

     Je pense que nous vivons en direct l’aboutissement d’un long processus de construction du Nouvel Ordre Mondial, concrétisé par une gouvernance mondiale et une religion mondiale qui sont désormais en place.
    Je sais que beaucoup d’entre nous auraient préférés que ces derniers soient plus clairs, avec des contours plus nets et des acteurs plus facilement identifiables. Avouons que c’eût été un peu facile et que les hommes auraient pu se rendre compte de la supercherie.
    Il fallait endormir les populations, les anesthésier et les manipuler avant de passer à la phase concrète.

    Quand on analyse froidement ce qui est dit, signé et effectué, on ne peut qu’en conclure que tout ce qui avait été annoncé concernant le Nouvel Ordre Mondial a été fait et réalisé.
    Qu’on le veuille ou non, Satan pourra lui aussi prononcer la phrase de sa vie dans quelques jours : « Tout est accompli. »

    Que les hommes vivent en esclaves et ne s’en rendent pas compte, que leurs gouvernants engagent la totalité de la planète dans un programme délirant sans que cela ne choque personne, que les populations soient invitées à communier dans la même adoration d’un dieu luciférien, l’homme-dieu en l’occurrence et que cela leur semble normal, tout ceci n’exclut pas la marche inexorable du plan et sa réussite totale.

    « Quand les hommes diront paix et sécurité, alors une destruction soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont pas. » (I Thess. 5, 3)
    Nous y sommes. Tout est en place pour la bataille finale de l’Armagédon.

    « Sortez de Babylone mon peuple, de peur que vous n’ayez part à ses péchés, et que vous soyez enveloppés dans ses plaies ; car ses péchés sont montés jusqu’au ciel et Dieu s’est souvenu de ses iniquités. » (Apoc. 18, 4-5)
    C’est notre dernière chance, car le temps s’est arrêté.

    point de vue chrétien : legrandreveil/Louis Dalencourt

    Mon commentaire

    2 visions différentes :

    Le choix entre la Solution de la transformation intérieure

    ou

    L' Espérance du messie ,c'est une aide, un apprentissage à la FOI mais la vraie est intérieure .

    C'est non,merci à toutes religions y compris la religion mondiale !

    La manipulation est à son comble  actuellement ,çà nous prend tout ces "horreurs " pour se réveiller .Et ne pas tomber dans la paranoïa de plus en plus présente.Oser Regarder  et accueillir la peur .

    Il n'y a pas de sauveur ,pas de coupable ,pas de victime car c'est moi qui crée .

    Je prends conscience de qui je suis vraiment : une âme dans un corps .

     Tout est parfait dans le moment présent pour la transformation .

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :