• Le monde vous tourmentera aussi longtemps qu'une partie quelconque de vous appartiendra  au monde.C'est seulement si vous appartenez entièrement au Divin que vous pouvez devenir libre.

    Lettres sur le Yoga page 120

    Sri Aurobindo

    Virus Divin 2

    Vallée du Biros -Ariège-France

     

    Virus Divin 2


    4 commentaires
  • Un article de Maryline La Pouliche
    26 mars 2020 :

    "Notre Président" a bien insisté sur le fait que nous étions en guerre contre un ennemi invisible.
    De tout temps, les dirigeants ont décidé pour leur peuple d’aller faire la guerre à un ‘ennemi’ voisin ou éloigné et ce, au nom d’intérêts financier et politique. Les peuples en question, de quelques bords qu’ils aient été, n’avaient pas le choix sous peine d’emprisonnement ou d’exécution en cas de désobéissance.
    Les peuples étaient-ils vraiment ennemis ?
    Non, mis à part quelques fanatiques enrôlés et hypnotisés.


    Pour illustrer cela, je vais vous raconter une histoire vraie qui concerne mon père.
    Toute sa vie, il a été photographe. Agé d’à peine vingt ans, alors sous les drapeaux pour son service militaire, on l’a envoyé au front pour aller faire la guerre aux Allemands. Il a été fait prisonnier et a été conduit au Stalag XI-A d’Altengrabow, en Allemagne de l’est. Là, la Grâce est intervenue en sa faveur puisqu’un Capitaine Allemand, photographe dans le civil, l’a réquisitionné pour le remplacer dans ses fonctions à Magdebourg. Mon père a alors été accueilli par la famille du Capitaine et y est resté jusqu’à la libération. Dans cette famille, il n’était pas considéré comme un prisonnier mais presque comme un fils.
    Des années plus tard, il a emmené ma mère visiter cette famille et ils sont tombés dans les bras les uns des autres.
    Des ennemis, vraiment ?


    Je vous raconte cette belle histoire pour vous montrer que tout est possible… même le "meilleur "!
    Revenons à aujourd’hui ! L’ennemi qu’on nous présente est d’un genre nouveau, mais le but est le même.
    Puisque nous sommes en guerre, nous avons de la chance car nous avons une formidable ‘fenêtre de tir’ pour évoluer en conscience et réaliser qui nous sommes vraiment ! Un être divin en passe de le manifester dans la matière… encore faut-il faire ce qu’il faut…
    Nous sommes à l’arrêt ! Magnifique, nous avons l’opportunité de nous poser les bonnes questions.
    Nous sommes en ce moment à un tournant décisif de l’histoire terrestre, encore une fois. De beaucoup de côtés, on me demande :

    « Qu’est-ce qui va se passer ? »

    Partout, il y a une angoisse, une attente, une peur.

    « Qu’est-ce qui va se passer ? »…

    Il n’y a qu’une réponse :

    « Si seulement l’humanité consentait à être spiritualisée. »


    Et peut-être suffirait-il que quelques individus deviennent de l’or pur pour que cet exemple suffise à changer le cours des événements… Nous sommes en face de cette nécessité, d’une façon urgente.
    Ce courage, cet héroïsme que le Divin veut de nous, pourquoi ne pas s’en servir pour lutter contre ses propres difficultés, ses propres imperfections, ses propres obscurités? Pourquoi ne pas faire face héroïquement à la fournaise de purification intérieure afin qu’il ne soit pas nécessaire de passer une fois de plus par une de ces destructions formidables, titanesques, qui plongent toute une civilisation dans l’obscurité ?
    Voilà le problème qui est devant nous. A chacun de le résoudre à sa manière.


    La Mère1 • 27 mars 1957
    1 La Mère, Mirra Alfassa (1878 – 1973)

    Compagne évolutive de Sri Aurobindo*, elle continua l’oeuvre de descente du Supramental dans la matière ; également occultiste, écrivaine, enseignante et yogi.


    On croirait ce texte écrit hier !


    Tant qu’il y a de la peur, l’Amour n’est pas totalement manifesté ; je parle de l’état d’Amour. La vibration qui est la nôtre au fond de nous, en vérité.
    Nous avons aujourd’hui tous les ingrédients pour nous mesurer à notre propre peur et l’éradiquer.
    Pourquoi a t-on peur ? Parce que nous ne savons pas que nous sommes des êtres divins ; que nous sommes obnubilés par notre sécurité physique et matérielle ; que l’on craint l’inconnu ; et que nous ne faisons pas confiance au Divin. Et ça, c’est la vraie raison !
    Il est temps d’ouvrir les yeux sur notre vraie Nature : nous sommes composés d’un corps, d’une âme et d’un esprit.
    Le corps, vous le connaissez, c’est ce que nous voyons, touchons ;
    L’âme, certains d’entre vous la ressentent et un petit nombre dialogue avec elle ;l’Esprit individuel, relié à l’âme, est le Divin tout entier.
    C’est cette partie de nous que notre petit mental ordinaire n’arrive pas à intégrer… Oui, c’est énorme à concevoir !
    Eh ! bien, j’ai une bonne nouvelle pour vous aujourd’hui, vous êtes CELA ! Rien de moins et il est temps de le manifester !
    Il est temps d’ouvrir les yeux sur le mensonge qu’est ce monde… sur NOTRE mensonge puisque nous nions notre divinité !
    Et ça peut se faire MAINTENANT !
    Il est temps d’honorer cette partie de vous, que vous avez ignorée jusqu’à maintenant, en faisant face à votre peur… elle va se dissoudre.
    Pour cela, il faut opérer un changement de gouvernance et confier la barre à votre âme, aveuglément et sans attente de résultat. Elle connaît le chemin et sait ce qui sera le meilleur pour vous.
    Tout est Divin et Amour infini y compris les virus, fabriqués ou non, qui ne sont là que pour faire levier et aider l’humanité à sortir du mensonge et de la torpeur.


    * Sri Aurobindo Ghose (1872 – 1950) - Un des leaders du mouvement pour l'indépendance de l'Inde, philosophe,
    poète et écrivain spiritualiste et mystique.

    Il a développé une approche nouvelle du yoga, le yoga intégral. Il fut le premier à descendre la vibration supramentale dans son corps .Peut-être serez-vous infecté, et ce ne sera pas forcément mortel, car il y a au moins 95% de chance d’en réchapper, d’après les chiffres aujourd’hui.


    Alors, tenez bon, confiné chez vous, et profitez-en pour faire un bilan de votre vie et donner les rênes de votre vie à votre âme.
    Et, rappelez-vous, l’Amour est contagieux, alors, propagez l’épidémie de l’Amour !

     

     


    votre commentaire
  • " Le temps que cela prendra, est difficilement prévisible.
    Cela dépendra beaucoup de la bonne volonté et de la réceptivité d'un certain nombre, parce que l'individu avance toujours plus vite que la collectivité et que, par sa nature même, l'humanité est destinée à manifester le Supramental avant le reste de la création. À la base de cette collaboration, il y a nécessairement la volonté de changer, de ne plus être ce que l'on est, que les choses ne soient plus ce qu'elles sont. Il y a plusieurs moyens d'arriver là, et tous les moyens sont bons quand ils réussissent ! On peut être profondément dégoûté de ce qui est et vouloir avec ardeur sortir de tout cela et atteindre quelque chose d'autre ; on peut — et c'est un moyen plus positif — on peut sentir au-dedans de soi le contact, l'approche de quelque chose de positivement beau et vrai, et laisser tomber tout le reste volontairement pour que rien n'alourdisse la marche vers cette beauté et cette vérité nouvelles. Ce qui est indispensable, dans tous les cas, c'est l'ardente volonté de progrès, le renoncement volontaire et joyeux de tout ce qui entrave la marche : rejeter loin de soi ce qui vous empêche d'avancer, et s'en aller vers l'inconnu avec la foi ardente que c'est la vérité de demain, inéluctable, qui se produira nécessairement, que rien, ni personne, aucune mauvaise volonté, même celle de la Nature, ne peut empêcher de devenir la réalité — peut-être pas d'un futur lointain — , une réalité qui s'élabore en ce moment et que ceux qui savent changer, qui savent ne pas être alourdis par les habitudes anciennes, auront sûrement le bonheur, non seulement de percevoir, mais de réaliser. On s'endort, on oublie, on se laisse vivre — on oublie, on oublie tout le temps... Mais si l'on pouvait se souvenir... qu'on est à une heure exceptionnelle, à une époque unique ; qu'on a cet immense bonheur, ce privilège inestimable d'assister à la naissance d'un monde nouveau, on pourrait facilement se débarrasser de tout ce qui entrave et empêche d'avancer. Ainsi, le plus important semble de se souvenir de ce fait ; même quand on n'en a pas l'expérience tangible, d'en avoir la certitude et la foi; se souvenir toujours, se le rappeler constamment, s'endormir avec cette idée, se réveiller avec cette perception ; tout ce que l'on fait, le faire avec, à l'arrière-plan, comme un support constant, cette grande vérité que l'on assiste à la naissance d'un monde nouveau.
    Nous pouvons y participer, nous pouvons devenir ce monde nouveau. Et vraiment, quand on a une occasion si merveilleuse, on doit être prêt à tout abandonner pour cela. "
     
    La Mère, Entretiens, 24 juillet 1957

    4 commentaires
  •  Pendant des siècles et des siècles, l’humanité a attendu ce moment. Il est venu. Mais c’est difficile.

    Je ne vous dis pas tout simplement que nous sommes ici sur la terre pour nous reposer et nous amuser ; maintenant ce n’est pas le moment. Nous sommes ici… pour préparer le chemin de la nouvelle création.
    L’héroïsme n’est pas comme l’on dit, mais d’être pleinement uni – et l’aide divine sera toujours avec ceux qui sont résolu d’être héroïques en toute sincérité .Voilà.

    Vous êtes ici en ce moment, c’est-à-dire sur la terre, parce que vous l’avez choisi dans le temps – vous ne vous en souvenez plus mais moi je le sais – c’est pour cela que vous êtes ici. Eh bien, il faut être à la hauteur de la tâche. Il faut faire l’effort, il faut vaincre toutes les petitesses et toutes les limitations, et surtout dire à l’ego : ton temps est passé. Nous voulons une race qui n’ait pas d’ego, qui ait une conscience divine à la place de l’ego. C’est cela que nous voulons : la conscience divine qui permettra à la race de se développer et à l’être supramental (diessique-divin ...)de naître.
     
    La Mère -Notes sur le chemin P.342

    C’est le moment d’être héroïque.


    2 commentaires
  • Etranglant la poitrine de la terre

    ET QUE LE MENTAL CORPOREL DE L'HOMME SERA LA SEULE LAMPE ALLUMEE

    Comme un voleur dans la nuit,à pas feutré

    Viendra celui qui entre invisiblement dans sa maison.

    Une voix imperceptible parlera,l'âme obéira

    Un pouvoir se glissera dans la chambre intérieure du mental

    Un charme et une douceur ouvriront les portes closes de la vie

    Et la beauté conquerra la résistance du monde,

    La lumière-de-vérité capturera la Nature par surprise

    A pas de loup,Dieu contraindra le coeur à la joie

    Et la terre,sans s'y attendre deviendra divine.

    Dans la Matière s'allumera le feu de l'esprit

    Dans les corps et les corps s'embrasera la naissance sacrée...

    Quelques uns verront ce que personne ne comprend encore

    Dieu grandira tandis que les sages parlent et dorment

    Car l'homme ne saura pas l'avènement jusqu'à ce que l'heure soit là

    Et la foi ne sera pas avant que le travail soit accompli .

    Sri Aurobindo: Savitri 1.4.55

    extrait de Mère ***La mutation de la mort par Satprem

     


    votre commentaire
  • Je crois en une certaine dose de liberté,la liberté de trouver les choses par soi-même et à sa façon ,la liberté même de commettre des erreurs.La Nature nous conduit par des erreurs variées et des excentricités diverses.Quand la Nature a créé l'être humain avec toutes ses possibilités de bien et de mal,elle savait très bien ce qu'elle faisait .

    Sri Aurobindo  - Satprem ch 19 * Le Matérialisme Divin p430

    Nidodbaran Talks ...I85


    votre commentaire
  • Il y a des moments où l’Esprit se meut parmi les hommes, où le souffle du Seigneur se répand sur les eaux de notre être. Il en est d’autres où il se retire et abandonne les hommes à leurs actes,dans la force ou la faiblesse de leur propre égoïsme.

    Les premiers sont des périodes où même un léger effort suffit à produire de grands résultats et à changer la destinée, les autres sont des espaces de temps où un grand labeur n’apporte que de maigres résultats. Il est vrai que ces moments -ci peuvent préparer les premiers ; comme la fumée légère du sacrifice montant vers le ciel, ils peuvent appeler ici-bas la pluie de la munificence divine.

     Infortunés, l’homme ou la nation, qui se trouvent endormis lorqu’ arrive le divin moment ou qui ne sont pas prêts à s’en saisir parce que la lampe n’a pas été entretenue pour l’accueillir, parce que leurs oreilles sont restées sourdes à l’appel.

    Mais trois fois malheur à ceux qui sont forts et préparés, et qui cependant gaspillent leur force ou mésusent de ce moment ; pour ceux-là, la destruction est grande et la perte irréparable. Lorsque vient l’Heure de Dieu, purifie ton âme de toute tricherie avec elle-même, de toute hypocrisie et vaine infatuation, afin que tu puisses regarder droit dans ton esprit et entendre ce qui l’appelle.
    Toute absence de sincérité dans la nature – c’était autrefois ta défense contre l’oeil du Maître et la lumière de l’idéal – devient maintenant un défaut dans ton armure et une invite pour les coups.
    Et si tu vaincs pour l’instant, c’est plus grave encore pour toi, car le coup viendra sûrement qui te jettera à terre au milieu même de ton triomphe. Mais si tu es pur, rejette toute crainte.

    L’heure est souvent terrible, tel un feu, un tourbillon, une tempête, tel les vendanges foulées sous la colère de Dieu. Mais celui qui peut se tenir debout à cette heure, soutenu par la vérité de son but, celui-là durera ; même s’il tombe, il se relèvera ; même s’il semble passer sur les ailes du vent, il reviendra.

    Ne laisse pas non plus la prudence du monde murmurer de trop près à tes oreilles, car c’est l’heure de l’inattendu, de l’incalculable, de l’incommensurable. Ne juge pas du pouvoir du Souffle à la mesure de tes minuscules instruments, mais aie confiance et avance. Mais garde ton âme le plus que tu peux nette des vociférations de l’égo, même si ce n’est que pour un moment.

    Alors une colonne de feu marchera devant toi dans la nuit et la tempête sera ton auxiliaire et ta bannière flottera sur les plus hauts sommets de la grandeur qui était à conquérir.

     
                                                           Sri Aurobindo, 1918


    votre commentaire
  • La foi est un moyen nécessaire pour arriver à la réalisation,parce que nous sommes ignorants et ne savons pas encore ce que nous cherchons à réaliser;la foi est en vérité une connaissance qui donne à l'ignorance une révélation d'elle-même avant de se manifester , c'est le rayon qu'envoie le soleil avant son lever.Quand le soleil se lèvera,le rayon ne sera plus nécessaire.La connaissance supramentale se soutient d'elle -même.Elle n'a pas besoin d'être soutenue par la foi,elle vit de sa propre certitude.Vous direz qu'une progression ultérieure,un développement ultérieur auront besoin de foi.Non, car le développement ultérieur se fera sur une base de Connaissance,non d'Ignorance.Nous marcherons dans la lumière de la Connaissance vers les perspectives plus vastes qu'elle ouvre à son propre accomplissement en nous.

    Lettres sur le Yoga.Tome 1- p 25 /Sri Aurobindo


    votre commentaire
  • Quand nous n'aurons plus d'affinité pour la souffrance et que nous serons guéris de tout attachement pervers pour elle,le Divin nous fera découvrir qu'elle cache la Suprême Félicité .

    Aphorismes 522-523 Sri Aurobindo


    votre commentaire
  • Deux chemins mènent au Yoga *:

    la discipline (tapasyâ)et la soumission.

     

    Le premier est ardu. Là, vous êtes livré à vos propres moyens, vous ne pouvez compter que sur vous-même ,  vous vous élevez et vous réalisez en proportion de vos forces . Le danger de tomber vous accompagne à chaque pas, et, si vous tombez , vous roulez au fond d’un abîme d’où il est rare que l’on puisse sortir.

     

    L’autre chemin , celui de la soumission , est sûr et certain . C’est içi cependant , que les gens d’Occident trouvent leur difficulté . On leur a enseigné à craindre et à éviter tout ce qui pouvait menacer leur indépendance personnelle ; ils ont sucé avec le lait de leur mère, le sens de leur individualité . Et la soumission veut dire l’abandon de tout cela.

     

    En d’autres termes , vous pouvez vous conformer , comme dit Ramakrishna , au petit singe ou au petit chat .

    Le petit singe s’agrippe à sa mère pour qu’elle le transporte , et il doit s’accrocher bien fort , car s’il desserrait son étreinte , il tomberait .

    A l’encontre du singe , le bébé chat ne tient pas à sa mère , mais il est tenu par elle ; il n’a ni crainte ni responsabilité ;il n’a rien d’autre à faire qu’à se laisser porter en criant mâ , mâ .

     

    Si vous adoptez en toute sincérité le chemin de la soumission  il n’y a plus de danger ni de difficulté sérieuse . Le tout est d’être sincère .

    Si vous n’êtes pas sincère, n’entreprenez pas le yoga . Si vous vous occupiez d’affaires humaines, vous pourriez avec quelques chances de succès , avoir recours à la tromperie ;mais il n’y a aucune place à la tromperie dans vos relations avec le Divin .On ne trompe pas le Divin !

    Vous pouvez avancer sur le chemin en toute sécurité si vous êtes candide et ouvert jusque dans les profondeurs de votre être , et si votre unique but est d’atteindre et de réaliser le Divin , d’être  guidé par lui seul .

     

    *Yoga = union avec le Divin (que je nomme aussi Diesse-Personocratia)

     

    Extrait de La Mère-Entretiens 1929

    Edt° Sri Aurobindo Ashram, Pondichéry

    2 chemins mènent au Yoga


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique