• Quand nous n'aurons plus d'affinité pour la souffrance et que nous serons guéris de tout attachement pervers pour elle,le Divin nous fera découvrir qu'elle cache la Suprême félicité .

    Aphorismes 522-523 Sri Aurobindo


    votre commentaire
  • Deux chemins mènent au Yoga *:

    la discipline (tapasyâ)et la soumission.

     

    Le premier est ardu. Là, vous êtes livré à vos propres moyens, vous ne pouvez compter que sur vous-même ,  vous vous élevez et vous réalisez en proportion de vos forces . Le danger de tomber vous accompagne à chaque pas, et, si vous tombez , vous roulez au fond d’un abîme d’où il est rare que l’on puisse sortir.

     

    L’autre chemin , celui de la soumission , est sûr et certain . C’est içi cependant , que les gens d’Occident trouvent leur difficulté . On leur a enseigné à craindre et à éviter tout ce qui pouvait menacer leur indépendance personnelle ; ils ont sucé avec le lait de leur mère, le sens de leur individualité . Et la soumission veut dire l’abandon de tout cela.

     

    En d’autres termes , vous pouvez vous conformer , comme dit Ramakrishna , au petit singe ou au petit chat .

    Le petit singe s’agrippe à sa mère pour qu’elle le transporte , et il doit s’accrocher bien fort , car s’il desserrait son étreinte , il tomberait .

    A l’encontre du singe , le bébé chat ne tient pas à sa mère , mais il est tenu par elle ; il n’a ni crainte ni responsabilité ;il n’a rien d’autre à faire qu’à se laisser porter en criant mâ , mâ .

     

    Si vous adoptez en toute sincérité le chemin de la soumission  il n’y a plus de danger ni de difficulté sérieuse . Le tout est d’être sincère .

    Si vous n’êtes pas sincère, n’entreprenez pas le yoga . Si vous vous occupiez d’affaires humaines, vous pourriez avec quelques chances de succès , avoir recours à la tromperie ;mais il n’y a aucune place à la tromperie dans vos relations avec le Divin .On ne trompe pas le Divin !

    Vous pouvez avancer sur le chemin en toute sécurité si vous êtes candide et ouvert jusque dans les profondeurs de votre être , et si votre unique but est d’atteindre et de réaliser le Divin , d’être  guidé par lui seul .

     

    *Yoga = union avec le Divin (que j'appelle aussi Diesse)

     

    Extrait de La Mère-Entretiens 1929

    Edt° Sri Aurobindo Ashram, Pondichéry

    2 chemins mènent au Yoga


    2 commentaires
  • La liberté, l'égalité, la fraternité sont trois divinités de l'âme; elles ne peuvent pas vraiment se réaliser par les mécanismes extérieurs de la société, ni par l'homme tant qu'il vit seulement dans l'ego individuel et dans celui de la communauté.
    Quand l'ego réclame la liberté, il arrive à un individualisme compétitif. Quand il revendique l'égalité, il arrive d'abord au conflit, puis il tente de fermer les yeux sur les variations de la Nature et ne connaît d'autre moyen que de bâtir une société artificielle et mécanique.
    Une société qui cherche la liberté comme idéal, est incapable d'arriver à l'égalité; une société qui cherche l'égalité sera obligée de sacrifier la liberté. Et parler de fraternité à l'ego, c'est parler d'une chose contraire à sa nature. Tout ce qu'il connaît, c'est une association à la poursuite de fins égoïstes communes; tout ce qu'il est capable de réaliser, c'est une organisation plus rigoureuse afin de répartir également le travail, la production, la consommation et les plaisirs.[...]

    Aucun des mécanismes inventés par la raison n’a le pouvoir de perfectionner l’homme…Un changement intérieur est nécessaire dans la nature humaine…si ce n’est pas la solution, alors il n’y a pas de solution; si ce n’est pas le chemin, alors il n’y a pas de chemin pour le genre humain. 
    Sri Aurobindo et l'Avenir de la Révolution française.
    Editions Buchet-Chastel
     
    extrait transmis par :www.sriaurobindo-yoga-integral.blogspot.com

    Liberté, Egalité, Fraternité

    Imprimer cette page


    votre commentaire
  • et quand vient-il ?

     

    Quand on n'a plus d'attraction pour l'autre,le faux bonheur.

    Le bonheur réel est d'Origine Divine,il est pur et inconditionné .

    Le bonheur ordinaire est d'origine vitale,il est impur et dépend des circonstances.

     

    18 novembre 1933

    extrait :Quelques réponses de la Mère


    1 commentaire
  • Mais oui !

    Je n’arrête pas de le dire , n’est-ce pas .

    Depuis le début , depuis dix ans ou douze que j’essaie de leur dire :

    attrapez cette Puissance , attrapez çà ,attrapez la vraie chose .

    Mais c’est la seule chose qu’ils n’attrapent pas .

     

    Ils ne comprennent pas que réellement on va dans le noir-on va dans le noir, et c’est blessant.

    Je ne sais pas…j’ai tellement usé-usé-usé des peines et des chemins comme çà sans rien comprendre, sans rien savoir.

    Et pourtant tu vois que c’était de marcher qui importait .C’était de se casser la figure qui importait .Il n’y a pas de livre pour ça ,il n’y a pas de recette pour ça.Il faut mettre la puissance en route c’est tout .Et alors tout le reste découle.

    Tandis qu’ils font l’inverse : ils veulent » bâtir » Auroville sans mettre en route la puissance intérieure ,alors c’est une farce,c’est un mensonge .

    Et ça , c’est beaucoup la pourriture de l’ashram-beaucoup .C’est l’Ashram qui les a contaminés. Enfin…

     

    Ils veulent faire une humanité « proprette « .

    C’est cela ,leur idéal le plus sublime.

    Proprette et puis décente ,avec un bon nom ,et puis on a de l’idéal,on fait une jolie ville ,c’est « l’unité humaine »-une belle petite humanité toute proprette,là. Et bien , ce n’est pas ça.

    Une « humanité proprette »,ce n’est pas possible ,parce que l’humanité est faite pour être dépassée.

    Elle est finie,l’humanité,elle est en train de crever .

    Alors c’est là le prochain pas .Mais le prochain pas ,personne ne le connaît :il faut le faire .

     

    Et alors on met en branle les forces.C’est tellement fantastiquement automatique. On met en branle les forces-tout de suite !Tout de suite !

    Dès que vous voulez faire un bout de…un centimètre sur le vrai chemin,alors là vous êtes attaqués :tout de suite l’Ennemi montre ses vraies griffes,ce qu’il est .Et tout de suite,il y a la Grâce qui est là(geste côte à côte). A ce moment-là ,on est en route.Alors on commence à voir tout le Jeu ; on commence à comprendre le Jeu du monde.

     

    C’est la seule chose que j’avais à dire :

    çà ne sert à rien de changer de pays .Il faut changer de manière d’être.

    Et l’opération est aussi difficile que pour un vieux poisson de sortir des eaux et d’inventer des poumons.C’est aussi difficile.

    Il ne s’agit pas de changer d’idée ,hein,il faut changer de manière d’être.

    …/...

     

    Satprem

    Carnets d’une apocalypse , tome 5

    Conversation avec Sujata Pages 389-390

     

    L’humanité traverse une crise de tous les systèmes, vais-je m’écrouler avec ou décider de me transformer ?

    Programmé  au non-choix , à l’esclavage , la petitesse , la soumission ,la résistance …l’individu meurt de peur et d’épuisement .

    La solution est de retrouver son pouvoir individuel au-delà de l'égo :

    le vrai pouvoir est savoir écouter son Ame !

    Pour les dates d'atelier , regarde dans la rubrique "Graines de Foi" ...

     

     

    *Anyvone partage le chemin individuel de la conscience de vérité appelée aussi Personocratia : la gouvernance de la personne! 

     


    votre commentaire
  • envoyée au journaliste André Velter du journal Le MONDE

    Extrait du livre Lettre d’un Insoumis II

     Le 11 novembre 1992

     

    Cher Monsieur …de France.

     

    Je ne sais ce qui me pousse à vous écrire ;pourtant j’avais lu »la critique » que vous aviez faite de mon dernier livre La révolte de la terre et j’y avais senti une compréhension à laquelle je ne m’y attendais pas,non ce n’est pas au « critique « que je voulais écrire mais à une intelligence.

    Je vis très loin de France ,depuis des années, et « isolé » sans soucis des « succès »,mais avec un si profond « souci » de la France vraie, celle que j’ai connue, ce qu’on appelle « l’intelligence française »,si moquée, mais ce qui fait qu’une nation ,parmi tant d’autres,a un rôle spécial dans la Destinée de la Terre, comme l’Inde en a un ,comme chaque individu vrai devrait en avoir un, non pas une fonction sociale ou politique ,mais une expression de la conscience terrestre en quête de ce qu’elle a toujours cherché à travers des ruines,des massacres ou des Beautés - des souffrances, beaucoup de souffrances et pour quoi ?

    Pendant quelques siècles ou nos brèves décades , on enferme cette quête dans un édifice ou un autre , une philosophie ou une autre ,et puis quelques scintillements de beauté qui nous portent sur ce vaste océan insondable de la vie ,mais la vie,pour quoi ? Toujours démolie et à refaire, comme le ressac sur nos plages. C’est peut-être très joli,aussi, en poésie .Mais qu’en pense une bernique ?

     

    Qu’en ont pensé tant de petits chapeaux pointus et divers qui ont traversé notre Histoire,démolis à leur tour ou démolisseurs ?

    Quel est ce destin ?

     

    Se pourrait-il qu’avec l’Homme,nous arrivions au point historique où ce destin peut changer et l’Homme se remodeler lui-même au lieu de succomber à quelque vague fracassante, une fois de plus ?

    C’est pourquoi je me tourne vers la France, celle que j’ai toujours aimé dans sa lucidité et sa clarté d’esprit-et il me semble que si une nation humaine peut saisir le Sens de cette destinée, que nous appelons »évolution »,et le pouvoir, la clef puissante de ce formidable Déroulement des Ages,elle pourrait,cette nation, aider mieux le reste de la fraternité humaine sur son chemin chaotique et de moins en moins « humain ».

    En vérité je ne pense qu’à deux pays dans ce rôle d’éclaireur :

    à la France et à l’Inde .

     

    Et je m’adresse à vous, je ne sais pourquoi.

    J’avais un jeune frère que j’aimais beaucoup,une rare intelligence et une finesse de cœur-à lui, j’aurais écrit.Il s’est suicidé.

     C’est le suicide de notre espèce que je regarde.

     J’ai moi-même,bien failli me suicider après avoir traversé l’horreur des camps de concentration.C’est pourquoi, je comprends,si profondément.C’est pourquoi j’ai frappé à tant de portes,et aux miennes,d’abord,pour savoir ce qu’il y avait dans le ventre de l’Homme,dans ces millénaires.

     

    J’aurais pu disparaître joyeusement dans la forêt vierge,comme un rebelle de plus-mais c’était TOUT l’homme qui me sautait à la gorge , comme si cette Négation même survécue , me donnait à la fois une responsabilité ,un peu terrifiante , vis -à -vis de moi-même ,et un droit de savoir –ou de mourir ;comme une suprême question vivante devant la suprême négation.

     

    On ne peut  pas dire « j’ai trouvé » mais on peut dire «  j’ai marché »- et je continue , je continuerai jusqu’à ce que cette mort hideuse ait livré son secret plein et entier , son Tunnel secret  sur autre chose ou alors on reste sur la vieille horreur jamais dénouée , et on recommence .

     

     Mais il n’y a plus le temps de » recommencer »,et n’est-ce pas le moment même de trouver le Secret de la vie - et de l’Homme et de ces millénaires de peine - dans ce qui fût toujours sa Négation , la Mort , et parce que , jamais résolue , jamais affrontée , cette négation même nous a voués à une fausse vie et à de faux moyens de vivre.

    Les Egyptiens aussi avaient cherché , mais ils se sont servis de leurs découvertes pour pactiser avec la Mort - c’est ce qu’on fait toutes les religions après eux, heureux s’ils n’ont pas fait un commerce de leurs découvertes .C’est ce que notre «  Science » a fait , en plus sordide , alors qu’elle avait tous les moyens de creuser le « tunnel «  un peu plus loin-il lui manquait une autre dimension, bien que l’honnêteté ne lui ait pas manqué .Alors…alors nous débarquons dans un univers encore plus hideux où de grotesques acides désoxyribonucléiques ont singé les secrets de la vie, et nous ont dispensés , une fois de plus , d’aller voir plus loin - Molière et ses clystères avait plus de sens et d’intelligence humaine.

     

    Le résultat de cette demi-connaissance , de cet abîme entre le « côté des morts «  et le « côté des vivants » ce Mur plutôt , béni par les religions et consacré par la Science - nous a précipités ( fructueusement peut-être ) dans une demi-humanité privée de son sens évolutif , privée de ses propres facultés , tel un énorme paralytique qui n’attend plus son espoir que du salut des religions ou des bienfaits de la science , et qui bée tout d’un coup devant le Sauvage retrouvé parce qu’elle n’a pas trouvé l’Homme qu’elle est ni le secret de sa vie qui est le secret de sa mort .

     

    Et pourtant cette superbe Négation de tous nos efforts terrestres doit contenir sa suprême clef terrestre. Si l’histoire a commencé avec une toute petite cellule , cette même petite cellule doit contenir sa clef et son pouvoir – on peut y ajouter des philosophies et des chapeaux divers , mais le pouvoir même est là où il a commencé . Nos faux pouvoirs s’écroulent pour nous amener là _ faudra-t-il d’autres camps de concentration pour que l’Homme s’éveille de son Horreur ?

     

    Le  vrai « humanisme », maintenant, ne serait-il pas d’aller là où ni les religions ni la science n’ont osé aller ?

     Un homme doué de ses propres facultés.

     Voltaire m’aurait compris, et Molière ,et certainement Socrate , mais l’ensemble humain n’était pas encore arrivé au point de sa Destinée , comme on l’est , un jour , nu et glacé , sur une place d’appel - d’appel , oui.

     

    *Et qu’est-ce qui appelle finalement ? Sinon un corps . Avec ses mêmes peines d’il y a des millions d’années et sa même connaissance ignorée –moins ignorée des oiseaux et des bêtes que de nous – et son même pouvoir enfoui et qui CRIE ce qu’il ne sait pas dire mais qu’il sait pouvoir faire…un formidable pouvoir de changer sa situation terrestre.

     

    Nous n’avons jamais été assez nus pour le savoir.

     

    Nous avons coiffé un énorme chapeau mental, qui était très utile pour nous amener à réfléchir notre situation et à découvrir notre propre pouvoir - celui qui a mis en route toute notre histoire - mais nous nous en sommes servis pour inventer de faux moyens et recouvrir encore plus ce qui est .

     

    On peut aussi faire de la « littérature » ,mais le peut-on encore longtemps dans cette situation étranglante ?

    Même Malraux m’aurait compris.

     

    Ce n’est pas la morale de l’homme qu’il faut changer –si elle est changeable - ce sont ses cellules qui ont été attelées , asservies, trop longtemps ,à une besogne , qu’elles savent pouvoir dépasser - mais pour cela , il faut que nous le sachions , au lieu de tripoter les gènes . Il faut orienter.

    Si l’Inde n’était pas engluée à copier les réussites gluantes de l’Occident,elle pourrait le faire,orienter.Mais l’Esprit de la France a toujours été capable de percer les fantômes et d’empoigner le levier de l’avenir .

    Pour cela, il y a une chose à savoir –et c’est ce que j’ai tenté de dire dans ce dernier livre Evolution II ( Lettre d'un Insoumis)–c’est qu’un Mur Noir enveloppe notre corps et que ce Mur est traversable , et que , de l’autre côté de ce Mur , il y a une vie physique  nouvelle et des facultés inattendues auprès desquelles nos «  pouvoirs «  humains sont des premiers jouets ,qui deviennent trop cruels , et menacent de tout détruire . Avec nous, le regard du monde grandit et des distances aussi grandes  que celles que celles qui séparent une algue aveugle d’un oiseau –nous n’avons encore ouvert que les yeux du mental . Et nous serons sidérés lorsque se dévoileront ces autre  yeux du corps et ces moyens d’au-delà de nos tombes .

     

    Allons-nous ouvrir les yeux ?

     

    Suis-je compréhensible ?

     

    *J’aime la lucidité de la France autant que le cœur de l’Inde et je rêve d’un homme complet , enfin .

     

    Avec toute mon estime.

    Satprem


    votre commentaire
  • Fin des attentes ,des souffrances,de la culpabilité ...

    Discernement et sagesse .

    Ecoutons La Mère :

     


    votre commentaire
  • L'héroïsme n'est pas comme l'on dit ,mais d'être pleinement uni -et l'aide divine sera toujours avec ceux qui ont résolu d'être héroïques en toute sincérité.Voilà.

    Voue êtes ici en ce moment,c'est-à-dire sur la terre ,parce que vous l'avez choisi dans le temps -vous ne vous en souvenez plus jamais mais moi je le sais-c'est pour cela que vous êtes ici.Et bien , il faut être à la hauteur de la tâche .Il faut faire effort ,il faut vaincre toutes les petitesses et toutes les limitations,et surtout dire à l'égo:ton temps est passé.Nous voulons une race qui n'ait pas d'égo ,qui ait une conscience divine à la place de l'égo.C'est cela que nous voulons :la conscience divine qui permettra à la race de se développer et à l'Etre Supramental de naître .

    Mère parle à des disciples.


    votre commentaire
  • Vous voyez dans la condition mondiale présente,les circonstances sont toujours difficiles.

    Le monde entier est dans un état de discorde, de conflit entre les forces de Vérité et de la Lumière voulant se manifester et l’opposition à tout ce qui résiste au changement ,ce qui représente du passé,ce qui est durci,cristallisé et refuse de disparaître.

    Naturellement chaque individu ressent ses propres difficultés et fait face aux mêmes obstacles.


    Il n’y a qu’une seule façon dans votre cas,c’est un Abandon total et sans conditions.Cela veut dire qu’il faut laisser aller non seulement vos actions ,votre travail,vos ambitions,mais aussi vos sentiments.

    Cela signifie que tout ce que vous faites ,tout ce que vous êtes est exclusivement pour le Divin.Alors,vous vous sentez au­‐dessus des réactions humaines qui vous entourent.

    Non seulement au‐dessus d’elles mais protégé d’elles par le mur de la Grâce du Divin.

    Lorsque vous n’avez plus de désirs, plus d’attachements,lorsque vous avez abandonné tout besoin de reconnaissance de la part des autres , peu importe qui ils sont et sachant que la seule récompense qui vaut vraiment la peine est celle qui vient du Seigneur et qu’elle se manifestera immanquablement .Lorsque vous abandonnez tous vos attachements envers les êtres et les choses extérieures, vous sentez immédiatement en vous cette présence,cette force, cette grâce qui est toujours avec vous .

    Et il n’y a pas d’autres remèdes .C’est le seul remède pour tous, sans exception.

    A tous ceux qui souffrent, on doit dire la même chose.
    Toute souffrance est un signe que l’abandon n’est pas total.

    Alors lorsque vous sentez un«bang»au lieu de dire " oh, c’est un mauvais signe " ou

    " cette circonstance est difficile " pensez

    "MON ABANDON N’EST PAS PARFAIT "
    Et alors vous sentez la grâce qui vous aide et vous continuez .Et un jour vous émergerez dans cette paix immuable.
    Vous répondez à toutes les forces adverses, aux mouvements contraires et aux attaques , aux incompréhensions ,
    aux mauvaises volontés avec le même sourire qui vient de la confiance complète en la Grâce Divine.
    Et c’est la seule porte de sortie , il n’y en a pas d’autres .Ce monde est un monde de conflits , de difficultés et de contraintes, il est fait de tout çà et il n’a pas encore changé.
    Il faudra encore un certain temps avant qu’il ne change .Et pour chacun de nous, il existe une porte de sortie.
    Si vous vous appuyez sur la Présence de la Grâce Suprême c’est votre seule porte de sortie.

    Texte de La Mère (Mirra Alfassa)

     

    L’Abandon

    Dans le quotidien l'abandon est lié à la peur de la solitude et de devenir une proie ,ce que je vis est un conflit de séparation de moi avec moi-même .

    C'est le conflit fondamental de l'humanité qui a oublié qui elle est véritablement .

     

    Je prends conscience jour après jour de qui je suis :

    une âme dans un corps .

    Je m'abandonne à Elle ,mon Autorité Intérieure ,

    l'Autorité Suprême .


    votre commentaire
  • L'Homme est un être de transition,il n'est pas le stade ultime, ni le couronnement de l'existence sur la terre, disait Sri Aurobindo. Cette transition de l'espèce à un autre état est la question de notre temps, de notre moment présent. C'est cette question même qui est en train d'être de plus en plus martelée à nos oreilles et dans notre coeur de femmes et d'hommes civilisés. Car nous ne sommes pas à la fin d'une civilisation, mais à la fin d'un cycle évolutif.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique