•              On a tout l'air d'aller à la mort à la destruction,comme les vieux dinosaures ...

    Et pourtant , c'est le contraire du désespoir .

    Jamais époque n'a été plus fertile,en dépit de toutes les destructions.

    écrit par Satprem-Evolution 2

     

                      Vidéo à regarder jusqu'au bout :

     

     Car un rire Divin prendra les hommes par surprise !

    écrit par Satprem :Mère /Le matérialisme Divin.

     


    votre commentaire
  • Mise à jour de l'ancien article"En plein dans l'actualité" reçu de Mickaël B

    Hier en ouvrant un livre de Satprem au hasard,

    La légende de l'avenir, je suis tombé sur çà :


    "Les virus passent partout très bien, mais il y a peut être un implacable Virus Divin qui est en train de traverser nos murs et qui veut nous obliger à être... ce que nous sommes" .

     

    Voici la vidéo de Philippe Guillemant qui nous parle du "Virus Divin ".

     


    3 commentaires
  • Confinement ...Emprisonnement

    Soumission ou libération

    Savoir éteindre internet à temps  .

    Juste du bon sens parfois .

    Et allumer sa flamme intérieure .

    Prenons soin de notre couronne ouverte sur la tête , laissant passer L'Esprit créateur que nous sommes jusqu'au fond de nos cellules plutôt que ***le virus-couronne fermée* = couronnement de l’opération de guerre psychologique du gouvernement . Ne vous y trompez pas, il s’agit d’une opération psychologique de grande envergure. […]***

    *sur l'étiquette de la bière corona , le chakra mis hors circuit: par la distraction,l'évasion ...La seule Urgence actuelle est de Revenir en Soi.

                                  Re-naître à sa Vraie Souveraineté !

    L'internet fonctionne encore ?

    *** ...***= commentaire trouvé sur le net


    votre commentaire
  • Rédigé par Emmanuel Deb.
     

     Bonjour, je suis une âme dans un corps. 

     Je suis venue m'incarner sur la Terre dans un seul but, celui de trouver l'Amour.

     Je ne dis pas que j'y suis arrivé mais ma détermination reste intacte.

    Et là, tout d'un coup, des gens avec des cravates me collent sur les bras un truc super lourd, genre bloc de béton, et sur lequel il est inscrit: virus pandémie, guerre, masque, contagion, confinement, chloroquine, vaccin etc.

     Mais c'est fou ! Avec un truc comme ça, aussi lourd, jamais je vais pouvoir atteindre mon objectif ...

    J'ai une idée.

       Je vais le porter un peu ce truc, juste pour jouer cette comédie et ne pas me faire repérer.

    Leur projet est que je n'atteigne pas mon objectif, je l'ai bien compris.

       Mais dois-je pour autant me résoudre à cet arrêt brutal vers cette évolution que je me suis choisie en venant ici, sur Terre ?

     Non, pas question !!!

        Donc, il va falloir mettre en place une technique, une stratégie. 

      Je ne vais pas me fâcher ni me battre, je vais au contraire parler, communiquer. 

    Je vais dire ce qu'il se passe et je vais raconter mon histoire à toute personne qui veut bien l'entendre.

       Bon nombre n'en voudront pas, je n'insiste pas, et je me tourne alors vers celles qui sont intéressées, et qui comme moi, n'ont pas l'intention de continuer leur vie avec un bloc de béton sur le dos.

      Elles sont nombreuses et je le sais.

      Alors, communiquons, parlons, et posons des actes ,sans prendre de risques ,parce que la bête est rusée et féroce, pour manifester notre intention, de ne pas se faire voler notre trajectoire, celle de se rencontrer, de participer et d'œuvrer vers ce réel projet de paix, qui anime et depuis toujours, chacun d'entre nous et au plus profond de son être.

     

      Et sans oublier bien sûr : seul l'Amour est contagieux !!!

     


    votre commentaire
  • à la place de "rester chez soi ".

    A tout moment

    Revenir à SOI et

    être vigilant-e à ne pas sombrer à l'extérieur .

    La vérité est à l'intérieur de Soi.

    Calme mental-émotionnel-physique .

    Garder ce cap les amis-ies  où que vous soyez!

    Rester en SOI ...


    votre commentaire
  •        
    Texte proposé par Emmanuel Deb.

      Un jour, il y a très longtemps, un homme sauvage comprit, dans la forêt,
    qu’en attachant un caillou savamment taillé au bout d’un bâton, l’objet allait devenir un outil très efficace pour chasser et se construire des cabanes afin de se protéger.
      Depuis, cette intelligence ( lien entre le caillou et le bâton ) n’a eu de cesse d’évoluer, d’évoluer encore et encore.
     
      Le temps est passé par là. De ce fait, nous sommes arrivés là, et aujourd’hui qui n’a pas son portable dans une poche ?
      Seulement là, nous sommes au point de bascule. L’outil en question n’est plus au service de l’homme mais bien l’inverse. Nous en rêvons la nuit et nous nous agitons dans tous les sens la journée pour ne pas perdre ce bien si précieusement acquis au fil du temps.

      Confortablement installé dans ce programme d’intelligence, nous en sommes arrivés à faire nos besoins dans de l’eau de source sans se poser la moindre question, nous mettons des petits papiers dans une boîte pour choisir le chef de la tribu sans même voir qu’il en ressortait un enfant capricieux…

      L’outil a donc pris possession de l’être. Ainsi nous ne voyons plus rien, on est pressé au volant d’une Audi et on klaxonne, on élève des animaux à la chaine pour finir entre deux morceaux de pain, produit et assisté par une science à la pointe de la recherche ,qui en fait, ne cultive et ne nourrit que de l’ignorance.
      Cette ignorance qui nous pousse à aller dans des stades voir les meilleurs éléments de la tribu se disputer un ballon et sur lesquels on a posé un maillot de couleur différente afin qu’ils ne se confondent pas.

      Donc ce programme d’intelligence s’est transformé peu a peu en un programme laborieux de maladie et de souffrance. Ceux qui possèdent les clés de notre monde l’ont bien compris et mettent tout en œuvre (depuis des siècles) afin que le mouton que je suis ne se réveille et reste bien sagement dans son enclos mental à grands coups de croyances spirituelles et scientifiques.

       Le mouton est donc esclave et malade, endormi comme jamais, ne pouvant plus bouger. Il est donc aisé pour le berger de contrôler tout ce petit monde et de le faire aller là où il veut….
      A savoir que l’intelligence artificielle est l’outil parfait pour contrôler ce bon mouton que je suis devenu.

      Nous en revenons au point de bascule de l’évolution humaine. L’intelligence artificielle n’est que l’outil, tout comme l’intelligence de notre homme sauvage en début d’évolution. Bref, quel qu’il soit, l’outil reste l’outil et celui qui l’utilise est l’homme.

      S’il fait le choix de l’intelligence il va se faire bouffer comme nous l’avons vu. Il lui reste donc a faire le choix de la conscience, celui de reprendre son pouvoir plutôt que de le céder à l’intelligence qui ne crée qu’une illusion virtuelle. La conscience, elle, crée la réalité de qui je suis. Un être souverain, responsable, indépendant et qui cesse d’alimenter les trois portes du triangle Victime Bourreau Sauveur ( outil indispensable pour comprendre la vie que je me suis créé jusque là. )

      Qui que tu sois, quoi que tu fasses, fais le, mais en conscience, parce qu’il n’y a que la conscience qui est juste, il n’y a que la conscience qui existe.
    Il n’ y a qu’une solution, faire le choix de sa propre conscience. C’ est une démarche individuelle, la seule solution qui apportera une conscience collective….

      Bonne nouvelle,

    J’y suis, tu y es, nous y sommes…….. !!!


    3 commentaires
  • Image empruntée au site MPI et au dessinateur Ignace ,merci à eux  .

    https://www.medias-presse.info/ignace-le-coronavirus-parcourt-le-territoire/116912/

                      Pour compléter votre information , le livret L'éducation ...vers la connaissance innée est un bijou à lire par les temps qui courent !

    Propagande médiatique

    Propagande médiatique


    votre commentaire
  • Ce matin j'ai reçu ce texte par l'intermédiaire d'un ami, je mets un extrait çi-dessous

    pour le lire au complet c'est içi :

    https://reseauinternational.net/le-criminel-cest-lelecteur/

    Le criminel, c’est l’électeur !

     C’est toi le criminel, ô Peuple, puisque c’est toi le Souverain. Tu es, il est vrai, le criminel inconscient et naïf. Tu votes et tu ne vois pas que tu es ta propre victime.

    Pourtant n’as-tu pas encore assez expérimenté que les députés, qui promettent de te défendre, comme tous les gouvernements du monde présent et passé, sont des menteurs et des impuissants ?

    Tu le sais et tu t’en plains ! Tu le sais et tu les nommes ! Les gouvernants quels qu’ils soient, ont travaillé, travaillent et travailleront pour leurs intérêts, pour ceux de leurs castes et de leurs coteries.

    Où en a-t-il été et comment pourrait-il en être autrement ? Les gouvernés sont des subalternes et des exploités : en connais-tu qui ne le soient pas ?

    Tant que tu n’as pas compris que c’est à toi seul qu’il appartient de produire et de vivre à ta guise, tant que tu supporteras, – par crainte,- et que tu fabriqueras toi-même, – par croyance à l’autorité nécessaire,- des chefs et des directeurs, sache-le bien aussi, tes délégués et tes maîtres vivront de ton labeur et de ta niaiserie. Tu te plains de tout ! Mais n’est-ce pas toi l’auteur des mille plaies qui te dévorent ?

    Tu te plains de la police, de l’armée, de la justice, des casernes, des prisons, des administrations, des lois, des ministres, du gouvernement, des financiers, des spéculateurs, des fonctionnaires, des patrons, des prêtres, des proprios, des salaires, des chômages, du parlement, des impôts, des gabelous, des rentiers, de la cherté des vivres, des fermages et des loyers, des longues journées d’atelier et d’usine, de la maigre pitance, des privations sans nombre et de la masse infinie des iniquités sociales.

    Tu te plains ; mais tu veux le maintien du système où tu végètes. Tu te révoltes parfois, mais pour recommencer toujours. C’est toi qui produis tout, qui laboures et sèmes, qui forges et tisses, qui pétris et transformes, qui construis et fabriques, qui alimentes et fécondes !

     Pourquoi donc ne consommes-tu pas à ta faim ? Pourquoi es-tu le mal vêtu, le mal nourri, le mal abrité ? Oui, pourquoi le sans pain, le sans souliers, le sans demeure ? Pourquoi n’es-tu pas ton maître ? Pourquoi te courbes-tu, obéis-tu, sers-tu ? Pourquoi es-tu l’inférieur, l’humilié, l’offensé, le serviteur, l’esclave ?

     Tu élabores tout et tu ne possèdes rien ? Tout est par toi et tu n’es rien.

     .../...

    Tu es un danger pour nous, hommes libres, pour nous, anarchistes [sic]. Tu es un danger à l’égal des tyrans, des maîtres que tu te donnes, que tu nommes, que tu soutiens, que tu nourris, que tu protèges de tes baïonnettes, que tu défends de ta force de brute, que tu exaltes de ton ignorance, que tu légalises par tes bulletins de vote, – et que tu nous imposes par ton imbécillité.

     C’est bien toi le Souverain, que l’on flagorne et que l’on dupe. Les discours t’encensent. Les affiches te raccrochent ; tu aimes les âneries et les courtisaneries : sois satisfait, en attendant d’être fusillé aux colonies, d’être massacré aux frontières, à l’ombre de ton drapeau.

    .../...

     Mais cesse de te plaindre. Les jougs que tu subis, c’est toi-même qui te les imposes. Les crimes dont tu souffres, c’est toi qui les commets. C’est toi le maître, c’est toi le criminel, et, ironie, c’est toi l’esclave, c’est toi la victime.

    Placard anti-électoral, 1er mars 1906.

     Publié par l’anarchie n°47 et signé Albert Libertad.

     

    Une solution de mouton noir  évolué mais sans la  conscience d'être une Ame dans un corps .Une solution de refus .

    Que veut dire Anarchie ?

    an-, grec: sans

    archie  , grec: arkhein : commandement

     

    Anarchie: Abolition de l'Etat et de toutes les formes d'exploitation.C'est l'ordre sans le pouvoir extérieur , grâce aux associations libres et à la responsabilité individuelle.

    (extrait livret La politique )

     Illustration ,la gestion de la désillusion ,cette solution :

     

     ou celle-ci j'ai le choix de la solution Personocratique :

    la Conscience créatrice de la Souveraineté Individuelle.

    Toujours revenir à l'Intérieur de Soi surtout  quand tout se déglingue !

    Eviter de chercher un coupable ou un sauveur.

     

     


    votre commentaire
  • à écouter sans modération !


    votre commentaire
  • Voici le livre écrit par Mireille Frégeau

       La Belle sans la Bête

    Oser sortir de l'animalité féminine

    après la chanson...

    aux éditions 3 pistoles /Canada

    disponible en France  avec moi

     

    Un livre  sociologique,biographique et spirituel ...

    Complet ,il permet aussi des prises de conscience .

     

    Voici le résumé  au dos  du livre:

     

    Voici un essai hautement critique sur la société et l'animalité d'une partie du comportement humain.Principalement l'animalité féminine.

    Ce livre est truffé de parallèles avec des mammifères de troupeau dont nous sommes.

    Des bêtes de somme,accablées d'inutilité,chargées de creux et de vides,gavées de superflu .

    Je pose la question :pourquoi tout ce sexe partout.

    Qui sert-il?

    Le sacro-saint féminin est-il voué à ce désir de toujours plaire à tous crins ?

    Par lâcheté ?Par paresse ?Par intérêt ?

    Pour jouer le jeu , il y a certes des bénéfices.

    Etre désirable pour se sentir aimée , voilà l'agenda.

    De la naissance à la tombe,des concours de beauté pour fillettes à la peur du vieillissement ,le programme de séduction féminine porte son lot de dérives.

    J'y traite d'hypersexualisation ,de porno,de prostitution,d'exploitation juvénile,de la jouissance à tout prix , du culte des images ,du prêt -à-porter enfant qui impose désormais tout et son contraire.

    J'aborde également l'auréole tape-à-l'oeil flottant au-dessus de la tête des idoles.

    Après tout , je suis aussi une journaliste qui sort du placard !

    Dans ce monde qui carbure au pouvoir et au sexe ,qui boum!boum! de partout, il y a de quoi être assommé...

    Néanmoins,des pistes de solution existent !

     Née à Montréal en 1957,en mots fous et en mots sages Mireille Frégeau oeuvre depuis des décennies dans les communications.

    Recherchiste,journaliste,écrivain public, elle a prêté sa plume tant pour les chercheurs de l'Université du Québec que pour la presse estrienne en passant par les magazines people.

    Fouiller,développer et articuler , voilà sa passion!

    ***********************

    PS : "Sortons de l'animalité" à écouter dans la rubrique chansons;l'article : 2 chansons de Nat Chanceuse .


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique